Parmi la longue liste des choses à faire au moins une fois dans sa vie figure « Aller voir une pièce de théâtre à la Comédie française« . Comme je l’évoquais dans mon programme culturel de rentrée, c’est désormais chose faite puisque nous sommes allés assister à une représentation de « Tartuffe » dans la célèbre salle Richelieu. Une belle expérience même si le texte n’est pas tout public…

Ma première fois à la Comédie française : "Le Tartuffe" de Molière

Orgon et sa mère, Madame Pernelle, ne jurent que par Tartuffe, qui se dit dévot et vit à leurs crochets. Les autres membres de la famille partagent quant à eux le sentiment de la suivante Dorine, scandalisée par l’emprise de l’homme d’église sur son maître. Ils vont tout entreprendre pour convaincre Orgon que Tartuffe est un hypocrite de la pire espèce. Rien n’y fait, ni les mises en garde du beau-frère Cléante, ni les supplications de Mariane – la fille promise en mariage à l’imposteur. Il faudra toute la ruse d’Elmire, sa femme, pour qu’Orgon ouvre enfin les yeux sur les desseins de Tartuffe. Au moment d’être chassé de la maison, ce dernier brandit un acte de donation qui en fait le nouveau propriétaire. Et seule une intervention royale, véritable Deus ex machina, sauvera la famille de la ruine.

Tartuffe, sur le site de la Comédie française

Ma première fois à la Comédie française : "Le Tartuffe" de Molière

Quand le rideau s’est levé et dès les premières minutes, j’ai été frappée par :

  • le décor, permettant une mise en scène originale et moderne : des miroirs, de grandes fenêtres, symbolisant d’autres espaces.
  • les sublimes costumes. Du 4e rang, je me suis extasiée pendant les 2h15 que dure « Tartuffe » devant les belles étoffes, les grandes robes de ces dames… Superbes, vraiment superbes ! J’en rêve encore éveillée.
  • le texte, dont la version d’origine était scrupuleusement respectée. Et c’est là qu’est le bémol de cette soirée : j’ai eu du mal à entrer dans la pièce. Je voyais ces comédiens divinement bien vêtus aller et venir en s’agitant ou s’énervant, j’entendais les mots sortir de leur bouche et je me sentais perdue, mes oreilles quittant les phrases à peine débutées. Heureusement, ça a été mieux au bout d’un moment et je n’ai reperdu le fil que vers la fin.
  • le jeu des comédiens. Cécile Brune (Dorine) et Elsa Lepoivre (Elmire) sont deux femmes très charismatiques. Elmire, l’épouse d’Orgon, semble vraiment d’une sensibilité profonde, prête à se sacrifier pour faire reprendre ses esprits à son mari. Anna Cervinka est une très belle Mariane, fille espiègle ou désespérée. Michel Vuillermoz prête parfaitement ses traits à Tartuffe, très droit dans sa malhonnêteté. Serge Bagdassarian est un Cléante « foufou ». Didier Sandre fait un parfait naïf en Orgon. J’ai eu plus de mal avec les mots de Christophe Montenez, qui s’entrechoquaient : mais que disait Damis ?

Vous l’aurez compris : la pièce a de nombreuses qualités et, au prix des places de la Comédie française, peut mériter d’être vue. En revanche, le texte s’adresse plutôt aux adultes à l’oreille exercée. Je suis contente d’y être allée, sans être conquise.

Et vous, êtes-vous déjà allés à la Comédie française ?

Tartuffe
Comédie française
Salle Richelieu
Du 20 septembre 2014 au 16 février 2015
Durée du spectacle : environ 2h15 sans entracte
De 5 à 41€
www.comedie-francaise.fr

Ces billets pourraient vous intéresser :

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.